"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 mai 2018

Dieu permet les tentations... (p. Ephrem)

Dieu permet les tentations afin qu'elles nous réveillent et que nous nous souvenions de Lui. Quand nous L'invoquons, Il agit comme s'Il ne nous entendait pas, de sorte que nous multiplions nos suppliques et crions Son saint Nom, dans la crainte des différentes passions. Puis, par la douleur des prières, notre cœur est sanctifié, et par l'expérience, nous apprenons la faiblesse de notre nature maladroite. Et c'est ainsi que nous réalisons dans la pratique que sans l'aide de Dieu, nous ne pouvons rien faire.

Cette expérience profonde s'acquiert avec le sang du cœur et reste indélébile ; elle devient un fondement pour le restant de la vie. La grâce de Dieu part et revient, mais l'expérience ne part jamais, parce qu'elle a été gravée dans le cœur. Et peu importe le nombre de fois que Satan flate le cœur, il indique ce qui est écrit de façon indélébile dans ses profondeurs, à savoir que sans Dieu, il est impossible de faire quoi que ce soit.
 
S'il n'y avait pas de tentations, l'orgueil et d'autres passions nous auraient transformés en autant d'autres Lucifers. Mais notre bon Père, Dieu, permet aux afflictions de nous survenir afin que nous soyons gardés par l'humilité, ce qui allégera le fardeau de nos péchés.

Lorsque nous sommes encore dans notre jeunesse, nous devons être tentés, car la jeunesse peut facilement dérailler. Avec le temps, la guerre cessera et la paix souhaitée surviendra. Il suffit d'avoir du courage et de la patience. Ne désespérez pas, peu importe à quel point les passions peuvent vous combattre. Dieu aime celui qui est attaqué et se défend. Soyez courageux, et priez aussi pour moi, l'indolent, l'impur, l'indigne, l'indigne, l'abomination !

Extrait du livre : "Counsels from the Holy Mountain", du staretz Ephraim




God allows temptations so that they might rouse us to remember Him. When we call upon Him, He acts as though He does not hear us so that we multiply our supplications and cry out His holy name, in fear of the various passions. Then, through pain of the entreaties, our heart is sanctified, and through experience we learn the weakness of our lame nature. And thus we realize in practice that without God’s help we are not able to do anything.

This deep experience is acquired with the blood of the heart and remains indelible; it becomes a foundation for the remainder of one’s life. The grace of God leaves and comes again, but experience never leaves, because it has been branded within the heart. And no matter how much Satan praises the heart, it points to what is indelibly written within its depths, that without God it is impossible to do anything.

If there were no temptations, pride and other passions would have turned us into other Lucifers. But our good Father, God, allows afflictions to come upon us so that we may be guarded by humility, which will lighten the burden of our sins.

When we are still in our youth, we must be tempted, for youth is easily derailed. In time the war will cease and the desired peace will come. Just have courage and patience. Do not despair, no matter how much the passions may fight you. God loves one who is fought against and fights back. Be brave, and pray also for me, the indolent, the unclean, the unworthy, the abomination!

Taken from the book: Counsels from the Holy Mountain by Elder Ephraim


 

19 mai 2018

La religion, une méthodologie?


"La religion n'est pas une technique pour atteindre une tranquillité d'esprit statique et béate. C'est une impulsion pour organiser l'âme pour un service dynamique. C'est l'enrôlement de la totalité de l'individu dans le service loyal afin d'aimer Dieu et de servir l'homme."
 

(citation intéressante même si la source ne l'est pas vraiment - on se rappelera néanmoins que le Christianisme n'est _pas_ une religion)

18 mai 2018

Vous cherchez un refuge face aux attaques? (st Jean)


La prière est un lieu de refuge face à tout souci, un fondement de la gaieté, une source de bonheur constant, protection contre la tristesse.
Saint Jean Chrysostome

17 mai 2018

L'inversion des valeurs (st Antoine)


Viendra le temps où les gens deviendront fous, et lorsqu'ils verront quelqu'un de normal, ils se moqueront de lui en disant "Vous êtes fou, car vous n'êtes pas comme nous."
Saint Antoine le Grand

16 mai 2018

Cloture de la Fête de Pâques - Apodosis

Le mercredi de la sixième semaine de Pâques, nous célébrons "l'apodosis" ou clôture de la Fête des fêtes - la Sainte Pâque. Alors que la plupart des fêtes ont leur clôture le huitième jour, Pâques, la Fête des fêtes, a son congé le trente-neuvième jour. Le quarantième jour est la fête de l'Ascension du Seigneur, qui marque la fin de la présence physique du Seigneur sur Terre. Mais Il ne nous abandonne pas. Il a promis d'être toujours avec nous, même jusqu'à la fin des temps. Comme nous chantons dans le Kondakion pour l'Ascension, "Tu es monté dans la gloire, ô Christ notre Dieu, n'étant pas séparé de ceux qui T'aiment, mais demeurant avec eux et proclamant : Je suis avec vous et personne ne sera contre vous." Il y a une pensée similaire exprimée dans le Tropaire de la Dormition de la Theotokos : "En t'endormant, tu n'as pas abandonné le monde, O Theotokos."

Chaque grande fête a sa célébration de clôture. Pourquoi ?
La raison principale est que l'Église nous donne une fois de plus l'occasion de célébrer la beauté de la fête. Quand nous voyons ou expérimentons quelque chose de beau, il est dans la nature humaine de vouloir revivre cette expérience. Quand on goûte un aliment délicieux, on a envie d'en manger à nouveau. Les fêtes du Christ et de la Théotokos sont une douceur pour l'âme qui suscite le désir de célébrer plus d'une fois.

Une telle douceur, nous l'expérimentons surtout lors de la fête de Pâques, qui est, comme nous l'avons dit, la "Fête des Fêtes". Pendant quarante jours, nous célébrons la victoire de la Résurrection du Christ, et l'Apodosis clos cette célébration au niveau liturgique. La fête de la Résurrection, cependant, continue avec nous tout au long de l'année, en particulier tous les dimanches au cours de la Divine Liturgie qui est connue comme une "Petite Pâque". Mais ce n'est pas seulement la Résurrection que nous célébrons à chaque Divine Liturgie, mais toute la vie du Christ et de la Théotokos et des Saints

Les Offices de ce jour-ci sont célébrés comme le jour de Pâques. Les lectures quotidiennes des Saintes Écritures, bien sûr, seront différentes. Après le congé à la liturgie, les hymnes pascals ne sont plus chantés. La prière "Ô Roi céleste" n'est pas encore dite ou chantée avant la Pentecôte. Le "linceul" (Plaschanitsa ou Epitaphios) est enlevé de l'autel et rangé. Même si l'Apodosis de Pâques se déroule un mercredi, le poisson, le vin et l'huile sont autorisés.
(via. johnsanidopoulos.com)

Tropaire de la clôture de Pâques / Apolytikion Apodosis Pascha, ton plagal 1
Le Christ est ressuscité des morts, par la mort Il a vaincué la mort ; à ceux qui sont dans les tombeaux Il a donné la vie. (x 3)

Kondakion de la clôture de Pâques / Apodosis Pascha, ton plagal 4ème
Tu es descendu, ô Immortel, dans le tombeau,
mais Tu as détruit la puissance des enfers
et Tu es ressuscité en vainqueur, ô Christ Dieu.
Aux femmes myrrhophores Tu as annoncé : réjouissez-vous,
et à Tes apôtres Tu as donné la paix,
Toi qui accordes la résurrection à ceux qui sont tombés.






On Wednesday of the sixth week of Pascha, we celebrate the Apodosis or Leave-taking of the Feast of Feasts – Holy Pascha. While most Feasts have their Leave-taking on the eighth day, Pascha, the Feast of Feasts, has its Leave-taking on the thirty-ninth day. The fortieth day is the Feast of the Lord’s Ascension, which marks the end of the Lord’s physical presence on earth. He does not abandon us, however. He has promised to be with us always, even until the end of the age[1]. As we sing in the Kontakion for Ascension, “Thou didst ascend in glory, O Christ our God, not being parted from those who love Thee, but remaining with them and proclaiming: I am with you and no one will be against you.” There is a similar thought expressed in the Troparion for the Dormition of the Theotokos “In falling asleep, you did not forsake the world, O Theotokos.”

Every major feast has its Apodosis. Why?

The main reason is that the Church once again gives us the opportunity to celebrate the beauty of the feast. When we see or experience something beautiful, it is human nature to desire to have that experience again. When we taste a delicious food, we desire to eat it again. The feasts of Christ and the Theotokos are sweetness to the soul which arouses the desire to celebrate more than just once.

Such sweetness we experience most of all on the feast of Pascha, which is, as we said, the “Feast of Feasts”. For forty days we celebrate the victory of Christ’s Resurrection, and the Apodosis ends this celebration on the liturgical level. The festivity of the Resurrection, however, continues with us throughout the year, especially every Sunday[2] during the Divine Liturgy which is known as a “Small Pascha”. But it is not only the Resurrection we celebrate at every Divine Liturgy, but the entire life of Christ and the Theotokos and the Saints.

The services on this day are celebrated just as on the day of Pascha itself. The daily readings from Holy Scripture, of course, will differ. After the Dismissal at Liturgy, the paschal hymns are no longer sung. The prayer “O Heavenly King” is not said or sung until Pentecost. The Winding Sheet (Plaschanitsa or Epitaphios) is taken from the altar and is put in its proper place. Even though the Apodosis of Pascha is on a Wednesday, fish, wine, and oil are permitted.
(via. johnsanidopoulos.com)


Apolytikion of Apodosis of Pascha

Plagal of the First Tone
Christ is risen from the dead, by death, trampling down upon death, and to those in the tombs He has granted life.

Kontakion of Apodosis of Pascha
Plagal of the Fourth Tone
Though You went down into the tomb, You destroyed Hades' power, and You rose the victor, Christ God, saying to the myrrh-bearing women, "Hail!" and granting peace to Your disciples, You who raise up the fallen.

L'Église et le sécularisme (metr. Hilarion)


L'Église est au combat contre le sécularisme. Un combat pour la vie humaine et pour le futur de l'humanité.
Métropolite Hilarion (Alfeyev)